Eden's Wall Index du Forum
 
 
 
Eden's Wall Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Un soldat ne dors jamais paisiblement...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Eden's Wall Index du Forum -> Eden's Wall [RP] -> Etats d'âmes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Desharik
Taulier

Hors ligne

Inscrit le: 13 Déc 2010
Messages: 176
Localisation: PACA
Masculin Cancer (21juin-23juil)

MessagePosté le: Mar 15 Fév - 10:59 (2011)    Sujet du message: Un soldat ne dors jamais paisiblement... Répondre en citant

Quand on commence son service sous les drapeaux, il faut savoir accepter de sacrifier sans nul doute l'un des moments les plus agréables que l'humanité puisse connaître: le sommeil. Cette nuit-là le sommeil du sergent lui joue des tours et lui rappelle, comme cela arrive régulièrement, l'horreur qu'il a pu vivre par moment sur les différents fronts où il a eu à intervenir....

Un bruit de moteur de jeep. Un ciel bleu. Le soleil au zénith. Le sable chaud qui fouette leur visage. La musique de la radio (
http://www.deezer.com/listen-583568). Brutalement, le voici revenu à l'époque de l'intervention en Irak.Assis à l'arrière de la jeep, il tourne la tête sur le coté et voit trois de ses anciens frères d'armes, Robert Clarck, Tom Gardner, Sonny Colson. Encore une de ces foutues patrouilles au sud de la ville de Tikrit? Non, ce jour-là, l'ambiance est plutôt relax, ils étaient tous les quatre en permission et partaient faire une balade en jeep. Un vieil arabe était assis sur un banc à l'entrée de ce qui semblait être sa maison. Il se voit proposer à ses camarades d'aller lui demander leur chemin et sort ainsi de la jeep pour marcher à la rencontre du vieil homme. Le vieillard ne bouge pas, ne semble pas effrayé par leur présence, ni par l'approche du sergent. Tant bien que mal, ils parviennent à communiquer. Soudain, un coup d'œil en arrière vers la jeep lui donne une bouffée d'angoisse. Une femme en niqab et portant un vase dans ses bras ,faisant mine d'aller vers le puits un peu plus loin, s'approche peu à peu de la jeep. Ses amis consultaient la carte à bord de la jeep et ne prêtaient aucune attention aux alentours! Un bref coup d'oeil sur le visage du sergent la fait soudainement accélerer son mouvement se jeter dans la jeep. Le sergent a à peine le temps de crier "Hold up et stand back!" qu'il est soufflé par l'explosion d'une bombe et perd connaissance sous des décombres....

"AAAHHH!" Le sergent se réveille brutalement dans sa tente perdue dans le désert. Non il n'est plus en Irak, mais il n'est pas non plus chez lui en Caroline du Sud. La nuit est particulièrement sombre ce soir. Son "Dog Tag" (plaque d'identification militaire) rouillée est en travers de son torse, il se sent nerveux après avoir vécu de nouveau ce terrible drame. Il observe en silence une minute de silence en hommage à ses vieux camarades de guerre puis regarde l'intérieur de sa tente en direction de son sac de voyage. Son vieil uniforme confédéré hérité de ses ancêtres dépassait du sac de voyage. Cela faisait un moment qu'il voyageait sans. Il ne tenait pas à abimer cet héritage pendant le trajet, et s'habillait désormais dans un style vestimentaire plus proche du cowboy texan ou arizonien que du soldat confédéré de la guerre de Sécession. Il avait pu trouver un chapeau de cowboy après s'être échappé de la taule au Nouveau-Mexique. Sa vieille corde était suspendue au sac. Elle avait du voir de nombreux cous passer et trépasser à son nœud. Nul doute qu'elle en verrait encore si le Seigneur lui permettait de chasser du Yankee et des truands à l'avenir. Un objet attire particulièrement son regard. Il se lève et récupère de la poche de son pantalon militaire plusieurs photos et un vieux magnétophone dont il devait rester un fond de batterie. Il cherche encore et trouve deux cassettes audio. Il insère la première dans le magnéto et lance la lecture:

http://www.deezer.com/listen-1208652

Seulement une poignée de secondes après la lecture le sergent jura et stoppa la lecture:
"Holyshit! Mothafucker! Comment ai-je pu me trimballer l'hymne des yankee sur moi tout ce temps!"

Il sort la cassette la jette au sol et la fracasse de son pied. Puis prenant la seconde cassette, il insère dans le lecteur et lance la musique:

http://www.deezer.com/listen-3898966

"C'est bien mieux ainsi!"
Chantant à voix basse les paroles de l'hymne national de son pays, il regarde les photos. La première est une photo prise à Nashville durant un concert de Johnny Cash, où il prend la pose avec sa copine de l'époque, Caroline. Ils s'enlacent et s'embrassent alors qu'un tiers dont il ne se souvient plus du nom prend la photo. Caroline.... Un nom qui sonne comme un destinée à accomplir, comme le nom de son pays qu'il s'est juré de retrouver. Son grand-père était un très bon ami du sien, il tenait une plantation tabac dans le même village que sa famille. Certains parlaient d'un mariage de convenance à l'avenir, mais leur amour était sincère et dépassait bien l'intérêt que les deux familles avaient à s'unir. Les larmes lui coulent des yeux à la pensée qu'il ne reverra sans doute jamais Caroline. Ils se sont quittés après la dernière journée au tribunal militaire après que la sentence lui soit tombée dessus pour avoir pendu son connard de lieutenant colonel qui avait bafoué l'honneur de sa famille et de son pays. "Vous n'êtes qu'une brute, Desharik! J'en ai marre de recevoir des plaintes chaque fois que vous ouvrez la gueule contre quelqu'un qui vous est supérieur!", c'était le couplet habituel qu'il entendait de la bouche de ce petit con de rond de cuir chaque fois qu'il contredisait les ordres débiles de la hiérarchie. Caroline.... Son regard semblait emprunt de tristesse et de résignation à l'annonce de sa peine de mort, commué en prison à perpétuité par le gouverneur de Caroline de Sud. Ils se sont aimé et se sont quitté dans un dernier baiser aux portes du pénitencier du Nouveau-Mexique. Il ne l'a jamais revu durant le temps passé en prison et avait la conviction qu'elle avait refait sa vie avec un autre.

http://www.deezer.com/listen-3898975

Une larme tombant sur la photo vieillie, il prend sur lui et la range dans son pantalon avec précautions. La deuxième photo n'illustre rien de moins qu'une photo de la famille au grand complet avec le drapeau confédéré trônant au dessus de la cheminée derrière tout le monde. Le patriotisme n'est pas un vain mot et le sens des valeurs a toujours primé dans leur éducation. Au milieu de la photo au premier rang, son grand-père Wilbur trône tel le patriarche de la maison.C'est lui qui a repris les affaires en main de la plantation de coton que possédait son grand-père puis son père. Les temps furent difficile par la suite, le marché mondial imposant sa loi, le coton produit se vendait plus difficilement, en raison de la compétition des prix du marché. Pourtant, malgré ces difficultés, il a toujours lutté pour assurer la survie de sa plantation et leur travail à tous les esclaves dont il était redevable de leur loyauté et de leur efficacité. Il les nourrissait, les habillait, les logeait et leur payait tous leur frais de santé dont ils pouvaient avoir besoin. C'est également lui qui lui apprit tous les usages qu'il pouvait faire de sa corde et comment cultiver le coton.Un grand homme que son grand-père! Heureusement que ses amitiés profondes avec le gouverneur de Caroline de Sud lui permettaient de continuer l'esclavagisme, maquillé sous la forme d'un contrat de travail classique. Il ne croyait pas que ses noirs puissent s'en sortir aussi bien ailleurs, il leur assurait un travail à vie et des conditions de vie bien meilleures que les péquenots travaillant à la chaine chez Ford à Détroit! Plus tard, c'est encore les amitiés de son grand-père avec le gouverneur qui lui sauvèrent la mise lors de la prononciation de la sentence à son égard.
Son père était assis à la droite du sien. Contre-Amiral Tyler Desharik, officier dans la marine américaine. Il devait prendre sa retraite pour reprendre les affaires de son père quelques jours après son jugement. Nul besoin de préciser qu'il faisait preuve d'autant d'insubordination que lui-même. Sa mère, assise à la gauche de son mari, travaillait à domicile et assurait l'éducation de ses trois frères et ses deux sœurs, dont il était leur ainé, tous au deuxième rang au dessus des parents.A gauche du grand-père se trouvaient son oncle, sa tante alors que ses trois cousins se trouvaient au deuxième rang. Tous travaillaient à la réussite collective de la maison. Tous lui ont rendu régulièrement visite au Nouveau-Mexique durant son incarcération. Tous ont pleuré le malheur qui s'abattait sur lui et priés pour son retour prochain au village.
Plusieurs larmes coulent à nouveau sur la photo, il l'embrasse alors la photo baignée de larmes et prononce ces quelques mots:

"Je reviendrai à la maison un jour, je vous le promet. On retrouvera notre douceur de vivre du Sud. Je n'abandonnerai pas ce en quoi j'en crois et ne laisserai pas tomber mes camarades de route quel qu'ils soient. Je punirai les traitres et les mécréants. Oui un jour, je reverrai ma Caroline, et un jour le drapeau confédéré flottera de nouveau dans vent..."

Il se leva et sorti prendre l'air à l'extérieur de sa tente après avoir rangé sa deuxième photo et éteint le magnétophone....
_________________
"Il semblerait que la maison soit divisée....à jamais!"
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 15 Fév - 10:59 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Eden's Wall Index du Forum -> Eden's Wall [RP] -> Etats d'âmes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com